Les adolescentes et la chirurgie esthétique

Avant, les adolescentes avaient pour objectif de se faire tatouer ou de se faire percer le nombril. De nos jours, les tendances ont bien changé et la quête d’un idéal féminin devient l’obsession de nombreuses jeunes filles, encore loin d’avoir fini leur puberté. Elles se tournent donc vers la chirurgie esthétique. Cependant, la chirurgie nécessite un processus de réflexion mature afin de pouvoir passer le cap.

Découvrez, dans cet article, ce que représente la chirurgie esthétique pour les adolescentes d’aujourd’hui.

La pression sociale et le désir d’atteindre la perfection

C’est un fait, les réseaux sociaux ont pris une place considérable dans notre quotidien. Outre l’avantage de pouvoir avoir une plateforme de partage, les réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram se révèlent être parfois nocifs pour bon nombre de jeunes filles.

Cela s’apparente de plus en plus à un concours de celui qui parviendra à faire envier le plus de personnes avec ses photos. L’art de véhiculer une vie idéale et un corps parfait sans la moindre imperfection, est désormais la norme.

Cependant, inconsciemment ou non, une pression énorme pèse sur les épaules des jeunes filles en quête d’idéal, avec l’obsession quasi permanente de ressembler à leurs idoles.

C’est pourquoi, tout naturellement, les jeunes filles se sont vues séduire par la possibilité de créer cela grâce à la chirurgie esthétique.

Des opérations contrôlées avec les autorisations parentales

Les demandes les plus populaires de chirurgie auprès des adolescentes sont évidemment l’augmentation mammaire, la rhinoplastie et la liposuccion. Cependant, des opérations ayant pour but de changer une partie du corps de façon permanente nécessitent une décision mûrement réfléchie. Généralement, seules les adolescentes ayant atteint l’âge de 18 ans peuvent prétendre à se faire opérer.

Cependant, si l’adolescente s’avère mineure, dans ce cas, il faudra obligatoirement une autorisation parentale signée des deux parents.

Il est question ici des opérations ayant pour but uniquement un changement d’apparence selon des critères esthétiques et non des chirurgies réparatrices, telles que les oreilles décollées, un nez déformé ou un bec de lièvre. En effet, les chirurgies réparatrices peuvent être pratiquées sur les enfants dès l’âge de 7 ou 8 ans, pour les oreilles décollées par exemple. Pour ce qui est des chirurgies esthétiques, cela est loin d’être un acte anodin, surtout sur des corps qui n’ont pas fini d’être formés. Ainsi si l’opération a lieu, un suivi psychologique est fortement recommandé.

Des suivis psychologiques

Des suivis psychologiques sont généralement mis en place lorsqu’une adolescente souhaite avoir recours à la chirurgie esthétique.

En effet, les jeunes filles de 15-16 ans ont un corps qui n’a pas fini d’être formé et où la personnalité n’est pas affirmée. Lors de la puberté, les adolescents font face à de nombreux doutes et questionnements et tout changement physique peut véritablement avoir un impact psychologique sur l’adolescente. Certains psychologues parlent même d’un risque d’un dédoublement de la personnalité. Même si ce phénomène reste rare, il est tout de même important que l’adolescente ait une prise en charge psychologique avant et après l’opération.

Il est également nécessaire que l’adolescente ainsi que son entourage prennent un temps de réflexion qui peut parfois durer plusieurs mois voire des années avant de passer à l’acte.

La chirurgie alternative de plus en plus privilégiée

La chirurgie alternative a de plus en plus de succès par les résultats qu’elle fournit sans avoir à passer sous le bistouri. Pigmentation des sourcils, correction du nez, extension de cils ou encore liftings, de nombreuses demandes sont maintenant réalisables grâce à la chirurgie alternative. L’avantage est que l’effet n’est pas permanent. Ainsi les jeunes filles désireuses de changer leur apparence, peuvent s’y essayer sans avoir à prendre le risque de porter le fardeau d’un résultat qu’elles finiront par regretter.

Partager l'article
No comments

LEAVE A COMMENT