5 choses que vous ne saviez pas sur les prisons

Vous connaissez sûrement la série américaine à succès : Orange is the new black. Nombreux ont pu découvrir, grâce à cette série, des aspects de l’incarcération qui vous étiez inconnue. Mais entre la fiction et la réalité, que savez-vous exactement des prisons?

Découvrez, dans cet article, 5 choses, bien réelles, que vous ne saviez pas sur le système pénitencier!

1. Vous pouvez étudier en étant en prison

De nombreux détenus sont en situation de décrochage scolaire et abandonnent rapidement le chemin de l’école. Pourtant, les prisons possèdent des salles de classe et des professeurs mettant à disposition des cours pour ceux qui désirent poursuivre un parcours scolaire et ainsi augmenter leurs chances de réinsertion dans la société, à leur sortie de prison. De plus, l’obtention d’un diplôme en détention diminue considérablement le taux de récidive puisque le détenu a beaucoup plus de chances de retrouver un travail à sa sortie.

2. Le détenu peut demander à voir son avocat en tout temps

Selon la Charte canadienne des droits et libertés, un citoyen arrêté ou détenu a le droit d’avoir recours à un avocat carcéral en tout temps et sans délai. Ainsi les forces de l’ordre doivent être en mesure de faciliter ce droit pour le prisonnier, en lui donnant, par exemple, accès à un téléphone ou en permettant une visite entre le condamné et l’avocat en toute intimité.

3. Tous les objets du quotidien sont payants

On a souvent l’image stéréotypée des détenus possédant tous les services à disposition dans leur cellule, digne d’un véritable Club Med: télévision, nourriture, vêtements, produits hygiéniques. Pourtant, cela est bien loin d’être une réalité. En effet, chaque produit et service de la vie quotidienne sont payants en prison. Il faut donc posséder de l’argent pour pouvoir louer une télévision au mois, avoir accès au téléphone pour quelques minutes et nettoyer son linge. Comme l’argent ne peut circuler en prison, c’est souvent les proches des détenus qui peuvent alimenter le compte interne du prisonnier. Souvent, pour ceux qui n’ont pas de familles ou d’amis à l’extérieur, ils se retrouvent sans ressources pour vivre correctement, on parle alors de « pauvreté carcérale ».

4. Les détenus sont souvent atteints de rage de dents

Un grand nombre de détenus se voient souffrir de rage de dents causée par la consommation de drogue, d’alcool et de la malnutrition. De plus, il est très difficile de se faire soigner en prison, le nombre de détenus par maison d’arrêt est bien trop conséquent, par rapport au personnel médical disponible. Certains prisonniers ne peuvent avoir accès aux soins dentaires les plus basiques, tels que la brosse à dents. Ainsi, les problèmes de dents prennent une ampleur dramatique et restent les maux les plus répandus en prison.

5. La famille du détenu ne peut être refusée pour une visite carcérale

Tout détenu est autorisé à recevoir de la visite de ses proches. Pour les personnes incarcérées non jugées définitivement, ce sont ses proches qui doivent déposer une demande écrite de permis de visite au juge d’instruction, avec deux photos, une photocopie de la carte d’identité ainsi qu’un titre de séjour. Pour les détenus déjà condamnés, les proches doivent envoyer un courrier demandant un permis de visite, qui indique le lien de parenté avec le détenu et une fiche familiale d’état civil. Le permis de visite n’est jamais refusé à un membre de la famille ou au tuteur du condamné. Enfin, la durée de la visite pour un prévenu est entre 30 et 45 minutes et pour un détenu, de 1 à 3 heures.

Un milieu carcéral difficile

Les prisons sont des milieux réputés violents, où il est compliqué d’évoluer positivement. Pourtant des systèmes sont mis en place pour permettre d’améliorer les conditions de vie des prisonniers et de réduire les récidives. Cependant, le débat reste ouvert et de nombreuses personnes remettent en cause l’utilité de l’incarcération.

Partager l'article
No comments

LEAVE A COMMENT