E-sport : l’histoire d’un nouveau business

L’e-sport a fait son apparition aux débuts des années 1970 avec des jeux comme Pacman et Donkey Kong qui donnèrent alors naissance aux prémisses des affrontements numériques tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Désormais l’e-sport est reconnu dans de nombreux pays comme un véritable sport professionnel mais surtout c’est un sport business florissant qui a très vraisemblablement de beaux jours devant lui. C’est pourquoi, je vous propose de découvrir l’histoire de ce « sport », il est parfois encore difficile de le nommer comme tel, mais surtout de comprendre comment fonctionne l’incroyable business de l’e-sport.

La Corée du Sud : Là où tout a commencé

Si aujourd’hui l’e-sport s’est démocratisé partout dans le monde c’est bien évidemment en Corée du Sud que celui a démarré son aventure. Lors de la crise asiatique de 1997, le chômage est à son paroxysme et une grande partie de la population coréenne se trouvera sans occupation. Beaucoup de Coréens se mettent alors à jouer aux jeux vidéo sur le web. C’est alors que sort un jeu qui catalysera comme aucun autre le business de l’e-sport : StarCraft.

Dès le début des années 2000, la télévision nationale s’empare du phénomène et de nombreux reportages sont lancés sur le sujet. Des journalistes et des experts commentent les parties et débriefent les résultats des meilleurs « gamers ». Ces derniers deviennent de véritables stars au pays du matin calme et contribuèrent à lancer la magie du business de l’e-sport telle que nous la connaissons actuellement.

L’internationalisation d’un phénomène de société

Si dès 1997, l’e-sport s’internationalise avec la Ciberathlete Professionnal League et la mise en place de tout un système sportif avec des entraîneurs et des sponsors, l’histoire du business de l’e-sport n’est pas aussi simple que ça puisqu’il faudra attente 2014 pour qu’il soit reconnu comme un sport professionnel aux États-Unis.

C’est à cette date-là que le gouvernement américain reconnait les joueurs des sports électroniques comme des sportifs professionnels afin que ces derniers obtiennent leurs visas et puissent se rendre à Los Angeles pour le tournoi de League of Legends, autre bijou de l’e-sport.

Quelques chiffres hallucinants du business de l’e-sport

230 millions de joueurs partout dans le monde, 600 millions de dollars de valeur industrielle actuelle, cette dernière devrait atteindre, tenez-vous bien, 1,8 milliards de dollars dans 3 ans. Son audience est aujourd’hui incroyablement forte puisque selon une étude Newzoo de 2015, l’audience régulière de l’e-sport serait actuellement de 89 millions de fans dans le monde.

Médias, clubs sportifs et marques internationales : Quand tout le monde s’arrache l’e-sport

Vous l’avez compris l’e-sport est un business en pleine croissance exponentielle. Et les chiffres de croissance incroyables de ce sport attirent de nombreuses entreprises venant de domaines très variés : médias, clubs sportifs et grandes marques internationales :

  • La chaîne télévisée BeIn Sport a d’ores et déjà créé une chaîne e-sport et le journal de sport le plus célèbre en France, L’Équipe, a lancé cette année une édition spécialisée dans les sports électroniques.
  • Le business de l’e-sport attire également des clubs sportifs comme Manchester City, les 76ers de Philadelphie ou encore le Paris Saint-Germain. Ce dernier a d’ailleurs fixé un objectif clair : dominer la scène internationale de l’e-sport d’ici 2019.
  • Red Bull, Coca Cola ou Amazon ont tous investis récemment dans le business florissant de l’e-sport. À noter notamment qu’Amazon a déboursé plus d’un milliard de dollars au rachat de la plus grande plateforme de streaming et de VOD du jeu vidéo.

Conclusion

Bien que connaissant une croissance incroyable, l’e-sport n’en reste pas moins un sport avec des connotations négatives, l’image de geek ne pratiquant que peu d’activités physiques réelles a du mal à disparaître.

Et vous quel est votre avis sur le sujet du business de l’e-sport ? N’hésitez pas à me contacter, je serais ravi d’en discuter avec vous.

Partager l'article
No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.